Comment Marvel’s Spider-Man  2 exploite la puissance de la PS5

2 mois 28

À l’instar de leurs protagonistes à tête de toile, les développeurs de Marvel’s Spider-Man 2 sont doués pour débloquer de nouveaux pouvoirs. Insomniac Games déchaîne la puissance de la PlayStation 5 dans cette suite avec deux super-héros jouables dotés de nouvelles capacités, une galerie de super-vilains redoutables, une ville presque deux fois plus grande et une multitude d’autres améliorations immersives.

J’ai récemment eu la chance de jouer plusieurs heures à Marvel’s Spider-Man 2 et j’en ai profité pour relever les prouesses rendues possibles par la puissance de la PS5. En voici quelques exemples :

Immersion haptique et cinématographique

La preview s’ouvre sur Peter vêtu de sa nouvelle tenue symbiotique qui affronte Kraven sur les poutres d’une église. Une énorme cloche retentit, envoyant de puissantes ondes de résonnance à travers les vibrations haptiques de la manette DualSense. La sensation délivrée par le retour haptique reflète l’effet neutralisant de la cloche sur la tenue symbiotique qui se contorsionne. Les scènes cinématiques montrant la fuite du Lézard sont également accentuées par des pulsations haptiques intenses retranscrivant la puissance percutante du super-vilain mutant.

Collisions de particules et gâchettes adaptatives

Au début de la preview, Peter doit aider Harry Osborn à aligner les émetteurs de rayon d’un collisionneur de particules. Un rapide mini-jeu s’affiche quand Spider-Man entoile les émetteurs. J’ai trouvé sympa de devoir appliquer délicatement sur les gâchettes adaptatives des niveaux de pression différents en suivant les indications à l’écran afin de bien positionner les émetteurs. On a là une application innovante et satisfaisante de la précision et des retours tactiles des gâchettes.

Delta-toiles et SSD pour des vols d’araignée express

Les delta-toiles offrent une nouvelle option pour traverser la ville. La puissance de la PS5 lui permet de charger le New York de Marvel plus vite que dans les précédents titres. On obtient ainsi des déplacements plus rapides, avec des accélérations vertigineuses dans les couloirs de vent à l’aide des nouvelles delta-toiles. Le bon vieux balancement de toile de Spidey est également plus rapide et toujours aussi jouissif. Alterner entre les toiles classiques et les nouvelles delta-toiles permet de traverser la ville avec un sentiment de puissance et une fluidité extrêmes.

Des personnages charismatiques et des émotions fortes

Les performances faciales s’allient à la nouvelle modélisation des personnages pour offrir des niveaux d’expression inédits. Par exemple, une discussion grave entre Miles et Rio va véhiculer au-delà des mots, dans son regard, l’inquiétude et l’amour de la mère pour son fils. Le niveau de réalisme conféré aux détails des yeux, à travers les capillaires, les paupières humides, les micro-mouvements oculaires et l’éclairage subtil, accentue l’expressivité des personnages. Les scènes émotionnellement intenses bénéficient également des améliorations apportées aux visages. Il suffit de regarder l’expression de Kraven lorsqu’il affronte Spidey, les yeux écarquillés et perçants, le visage contorsionné par l’exaltation du combat…

Passage rapide de Peter à Miles

Dans Marvel’s Spider-Man 2, on a deux Spideys sous la main, et on peut passer de l’un à l’autre en un rien de temps. Au moment de changer de héros, la caméra monte dans le ciel du New York de Marvel puis zoome sur la position du Spider-Man sélectionné, où qu’il soit dans la ville. C’est une démonstration aussi fluide que musclée du SSD ultra-rapide de la PS5.

Flexions musculaires

En parlant de muscles, Insomniac a renforcé le réalisme de ses modèles de personnages en simulant leur musculature. Cette subtile amélioration rend les mouvements des personnages visuellement plus naturels, tout comme les progrès de capture faciale. Par exemple, on verra les biceps se contracter ou s’allonger sous les tenues moulantes de nos super-héros, ou les muscles des mâchoires du Lézard s’animer de façon réaliste quand il rugit.

Deux fois plus de ville

Dans Marvel’s Spider-Man 2, le territoire de Spider-Man s’étend au-delà de Manhattan pour inclure Brooklyn et le Queens. Dans les précédents jeux Spider-Man, ces zones n’étaient pas accessibles et seulement représentées comme un décor de fond en basse définition. Cette suite parvient à multiplier par deux la taille de la ville grâce à la PS5, qui permet aussi d’afficher la vaste métropole sur une plus grande distance. En se tenant au sommet d’un gratte-ciel de Manhattan, on peut clairement voir les formes et couleurs des bâtiments de Brooklyn avant de s’y rendre.

Un Ray Tracing spectaculaire

Dans Marvel’s Spider-Man 2, les modes Performance et Fidélité bénéficient tous les deux du Ray Tracing, et ce grâce à la sortie exclusive du titre sur PS5. L’effet est tout de suite visible quand on se balance ou qu’on plane au-dessus d’une étendue d’eau. L’une des scènes les plus belles est celle où l’on traverse l’East River dans la chaude lumière du soleil couchant, avec les reflets des immeubles de Brooklyn dans l’eau et une touche de rouge diffuse émise par ses grandes enseignes lumineuses.

Une ville pleine de vie

Spider-Man ne serait rien sans une ville à protéger, et le New York de Marvel n’a jamais autant fourmillé de vie. Les piétons affichent des morphologies bien plus variées et ils peuvent entrer et sortir des bâtiments. Ils circulent dans des voitures qui reproduisent les subtiles secousses caractéristiques des systèmes de suspension automobiles. Dans les précédents jeux Spider-Man, les joueurs pouvaient jeter un œil par la fenêtre des appartements pour admirer leur décoration. Dans Marvel’s Spider-Man 2, ils verront aussi leurs occupants. Ce sont ces petits détails qui contribuent à constituer un environnement urbain qui semble vivant.

La richesse de l’audio 3D

L’équipe audio d’Insomniac a implémenté l’audio 3D dans Marvel’s Spider-Man 2 en portant aux détails une attention impressionnante. Les effets d’immersion sont omniprésents, mais deux séquences en particulier ont retenu mon attention. Une énorme cloche retentit lors d’une scène où Peter, vêtu de sa tenue symbiotique, affronte Kraven dans une église. La fréquence de résonnance de la cloche est incroyablement percutante. Un autre passage, plus axé sur le gameplay, nous fait pourchasser le Lézard à travers les égouts de New York. Cette séquence à huis clos est soulignée par une gamme de sons à 360 degrés, entre les canalisations qui grincent, les murs qui s’effritent, et les déplacements furtifs du Lézard lui-même.

Voilà pour ces quelques exemples montrant dans quelle mesure la suite magistrale d’Insomniac va tirer parti de la PS5. Vous découvrirez ces prouesses et bien d’autres par vous-mêmes à la sortie de Marvel’s Spider-Man 2 sur PS5 le 20 octobre.

Source du contenu