Test de GRID 2 (XBOX 360)

10 mois 123

Déjà remarqué en 2008, le 1er épisode de la série à l’époque intitulée Race Driver GRID, avait su, proposer une conduite subtile mélangeant arcade et simulation, pouvant convenir aux puristes, comme aux joueurs relativement plus casual, ne souhaitant pas s’investir des heures durant, dans les réglages de leur voiture. Le jeu fut également remarqué pour avoir été le 1er à introduire le système de replay en course repris par quasi tous les jeux de voiture depuis, que se soit Forza, Need For Speed… C’est donc avec un second volet, sobrement nommé GRID2 que Codemasters nous revient, ayant pour objectif de proposer le meilleur jeu de course du moment. Mission réussie ? C’est ce que nous allons voir tout de suite, si vous n’avez pas peur de froisser un peu de taule bien entendu !

Car des crash, vous risquez de vous en prendre un sacré paquet, au début du jeu du moins, le temps de vous familiariser avec la conduite propre aux jeux de Codemasters. Et la 1ère chose que vous constaterez c’est que le studio n’as pas chaumé sur les déformations de carrosserie en temps réel. Mais nous y reviendrons plus tard. Pour commencer sachez que dans le mode carrière (qui constitue le noyau dur de la partie solo du titre) vous ne serez pas dépaysé si vous êtes un habitué de la conduite « Codemastersienne ». En effet les menus ressemblent à s’y méprendre à DIRT par exemple avec un Hub symbolisant votre garage et vous permettant de choisir vos voitures, la prochaine épreuve à laquelle vous souhaitez participer… Classique et efficace donc. Vous serez donc un pilote ultra Hype commençant à se faire remarquer sur YouTube, le but sera alors de participer à des courses de plus en plus prestigieuses, pour séduire d’avantage de fans à chaque fois. Ces fameux fans, remplacent la monnaie du jeu, plus vous aurez de fan, plus vous débloquerez de nouvelles épreuves, et de nouveaux bolides.


Tarte aux murs

Vous connaissez désormais la maison ( ou plutôt votre garage ) alors intéressons nous à la partie gameplay du titre. Comme d’habitude, l’équipe nous livre un compromis entre arcade et simulation, qui nécessitera un peu de temps avant une pleine adaptation, mais qui une fois dompté se révélera très efficace. Ici peu ou point de transferts de masse digne d’un Forza 4, la conduite est nerveuse, réactive on gère facilement le drift, mais il est clair que la physique des véhicules (quoi que différente entre les modèles) n’est pas forcément des plus réaliste, mais cela suffit à ressentir les sensations, l’impression de vitesse étant excellemment retranscrite. Quoi qu’il en soit, il est bon de rappeler que la série saura parfaitement s’adapter à votre style de jeu, que se soit au niveau de la difficulté de vos concurrents, ou bien encore sur les dégâts. En effet, selon votre paramétrage ces derniers pourront être uniquement visuels, ou bien alors avoir une incidence sur votre conduite, il va s’en dire que le challenge et le piment seront d’avantage au rendez vous dans ce mode, et que cela vous forcera à piloter toujours mieux.

Mais les amateurs de pur arcade ne souhaitant pas finir une course avec une roue en moins trouveront également de quoi s’amuser sacrément. Et il ne faut pas oublier le fameux Replay vous permettant de revenir jusqu’à 20 secondes en arrière durant une course pour éviter une erreur risquant de vous coûter très chère ! Vous pourrez abuser jusqu’à 5 fois par course de cette option. Quant à ceux qui pensent que cela nuit à l’immersion et au réalisme du titre, personne ne vous force à l’utiliser, et bien entendu vous êtes tout à fait libre de recommencer les courses que vous ratez. En terme de vues, 1er coup de gueule pour l’absence de vue cockpit (présente et déjà fort bien réalisée dans GRID 1er du nom). Alors oui, Codemasters a précisé que seulement 5% des joueurs utilisaient ce genre de vue (il faut croire que j’en fais partie) et qu’il valait mieux se focaliser sur quelque chose qui serait vraiment sollicité par tout le monde … Mouais, on se rabattra sur une vue capot des plus jouable, et proposant de magnifiques reflets du paysage sur votre carrosserie, on aura également une vue subjective au ras du sol, très forte en sensation de vitesse mais malheureusement, difficilement jouable quand on colle de près le pare choc d’un adversaire. Puis, une traditionnelle vue extérieure, très jouable et qui sera très certainement utilisée par la majorité des joueurs.

Il est à noter également que le mode solo fait complètement l’impasse sur la modification, les kits d’améliorations ou encore l’atelier réglages de vos véhicules, vous pourrez seulement modifier la couleur, ainsi que les divers vinyles présent sur votre carrosserie. Un peu maigre donc … D’autant que les kits de modifications sont disponible dans la carrière multi dont nous reparlerons plus tard. En ce qui concerne les fameux decalco ornant votre bolide, sachez qu’il s’agira de vos sponsors et que vous ne pourrez les changer qu’au début de chaque saison, à chaque sticker, correspond un défi , comme un drift de 80 mètres à réaliser en course par exemple, et qui une fois accompli pourra vous rapporter des fans supplémentaires.


Accrochez vos ceintures et attention les yeux

Car visuellement, Codemasters a envoyé du lourd, très très lourd. Je vous parlais de l’impression de vitesse qui était saisissante fluide, et sans chute de framerate, les autres éléments ne sont pas en reste. Chaque crash déformera votre voiture en temps réel, et le réalisme des dégâts est saisissant, et que penser des circuits ? Si ces derniers sont pour la plupart fictif, ils sont rafraîchissant et très bien réalisé. On aura vite fait de citer Dubaï ou bien les Champs Élysées ( chauvinisme quand tu nous tiens ) possédant des effets visuels qui flattent vraiment la rétine. Même tarif pour les reflets dans la carrosserie qui ont bénéficié du plus grand soin de la part de l’équipe de développement. En ce qui concerne la bande son, si les musiques dans les menus sont plutôt anecdotiques, le bruit des moteurs lui est très crédible et les amateurs pourront très certainement reconnaître le bruit de leur bolide préféré. Il est à noter que comme à l’accoutumé vous n’aurez pas de musique en course, ce qui personnellement me va très bien. Seul point noir à la réalisation, les temps de chargements trop long…


C’est beau, c’est jouable et ça dure longtemps !

Et c’est la cerise sur le gâteau, non seulement la copie s’avère quasi parfaite graphiquement et manette en main, mais le contenu s’avère également gargantuesque. En sus du mode carrière qui vous occupera de nombreuses heures, vous permettant de déverrouiller environ 50 bolides, ainsi qu’une tripotée de tracés et de circuits, dont un mode Live Routes qui compilera aléatoirement, et au fur et a mesure de la course, différents tronçons de chaque environnements donnant des circuits inédits et surtout imprévisible. Le titre vous proposera une multitude d’épreuves de différents types comme les courses classiques, courses de dépassement, sprint, touge, épreuve de drift, duels … vous aurez droit à une carrière multijoueur parallèle (vous serez à ce propos obligé de re-débloquer chacun des véhicules pour le multijoueur, la progression des deux carrières étant distincte.) extrêmement complète, vous permettant cette fois ci, de customiser votre véhicule grâce à différents kits proposés ( mais toujours pas d’atelier de réglage cependant) et de participer à tous les types d’épreuves disponible en solo. S’ajoute à ça une possibilité d’uploader directement vos replay via YouTube (étant donné que vous jouez un pilote né d’un buzz sur la fameuse plateforme, la boucle est bouclée) ou encore un mode deux joueurs en écran splitté, phénomène devenu tellement rare aujourd’hui qu’on se sent obligé de le souligner lourdement quand ce genre de mode est présent. Vous l’aurez compris la quantité est au rendez vous, et le contenu se montre réellement qualitatif.

Conclusion : 8/10

Un grand cru que ce GRID2, beau, plaisant à jouer, excessivement fourni en solo comme en multi, et proposant assez de paramètres variable pour convenir aux joueurs exigeants comme à ceux désireux de faire une petite course de temps en temps, le jeu s’avère accessible et jamais frustrant, et c’est avec plaisir qu’on dévorera son contenu au volant de différents bolides. Alors certes on pourra pester contre une absence de customisation poussée, ou bien contre la disparition de la vue cockpit, et il est vrai que les temps de chargement aurait mérités d’être mieux optimisés, mais ces petits points noirs ne terniront pas le beau tableau dressé par GRID2 tant celui ci se veut grisant, et qualitatif, et cela à presque tous les niveaux.

Par Gonzo

Source du contenu