Le Jeux Vidéo en un clic !

Actualités, Vidéos, esports, Cloudgaming ...

Connectez-vous avec votre compte

  • Avatar de l’utilisateur
#1202
122946.jpeg
Si les Mario Kart-like ne manquent pas sur les consoles de Sony (Crash Team Racing, Modnation Racers pour n’en citer que deux), il est étonnant de constater que les jeux de combats façon Super Smash Bros. manquent à l’appel : pour tout dire, on n’en dénombre très peu et ces rares titres n’ont absolument pas marqués les joueurs. C’est plus de dix ans après la création de la célèbre licence de Nintendo que Sony se décide enfin à proposer son propre SSB : Playstation All-Stars Battle Royale. L’occasion pour les fans de la firme japonaise de sortir les gants et de se bastonner dans la joie et la bonne humeur au commande de personnages tels que Sackboy, Kratos ou encore Raiden. Test d’un sympathique titre qui manque, au grand gré de son gameplay aussi accessible que technique, d’ambition et d’envergure.

SuperBot Entertainement, le papa de Playstation All-Stars Battle Royale, est un studio tout jeune : en effet, il n’a à son actif qu’un seul et unique jeu et c’est celui qui nous intéresse. Basé à Culver City en Californie aux Etats-Unis, SuperBot est un véritable pot-pourri de développeurs aux provenances diverses : selon le site du studio on retrouve des vétérans du milieu, mais aussi des créatifs ayant travaillé sur les plus gros jeux de l’histoire vidéoludique (oui, rien que ça…). Voyons ensemble ce que vaut la première création de ce studio prometteur sur le papier.
Playstation All-Stars

Nintendo et Sony possèdent deux univers singuliers. On pourrait presque dire que l’un représente le Yin et l’autre le Yang tant ils sont différents, mais complémentaire à la fois. Sony prône le réalisme tandis que Nintendo reste un peu dans les nuages, avec un esprit bon enfant. Il suffit de voir le casting de Playstation All-Stars Battle Royale pour s’en convaincre. Parlons-en d’ailleurs !

Le titre comprend en tout et pour tout vingt personnages accessibles dès la première partie du jeu. Parmi les grands noms, on retrouve le bon vieux PaRappa The Rapper, Kratos de God of War, Drake de Uncharted, Sackboy de LittleBigPlanet, Sir Daniel de Medievil, Raiden de Metal Gear Solid ou encore Jak de Jack & Daxter. Vous l’aurez compris, les principaux personnages de la firme sont présents. On regrette tout de même que des noms comme Crash Bandicoot ou Snake n’apparaissent pas. Est-ce pour palier à ce manque que des personnages tels que Dante de Devil May Cry ou le Protecteur de Bioshock sont disponibles ? Ces « guest », que l’on peut voir comme des palliatifs, ne sont pas spécialement marqués par l’esprit Playstation : Dante, par exemple, est une fausse bonne idée. Si à une certaine époque il était bel et bien un produit exclusif à la console de Sony, on peut dire qu’aujourd’hui il est l’affaire de tous, la série étant jouable aussi bien sûr Playstation 3 que sur Xbox 360 ou PC. Le nouvel épisode de Devil May Cry risque de marquer une rupture avec les anciens volets, car le personnage emblématique de la licence change littéralement de forme, le vieux Dante ayant, comme Crash Bandicoot il y a quelques années, été totalement revu. Playstation All-Stars accueille, contre toute attente, le nouveau Dante. On se demande finalement à qui s’adresse ce titre : aux fans de la première heure ou bien aux petits nouveaux ? Si on apprécie la présence de PaRappa The Rapper, qui est pratiquement l’unique combattant tiré de la génération Playstation avec Sir Daniel, on est quand même relativement déçu par ce casting qui manque clairement de cohérence. Il aurait été plus judicieux de proposer aux joueurs plusieurs costumes plutôt que d’imposer la nouvelle forme qui n’évoque, pour le moment, rien du tout aux joueurs.

Ready… Fight !

Playstation All-Stars Battle Royale n’est pas un simple dérivé de Super Smash Bros. Il possède un gameplay qui lui est propre. S’il y a bien un peu de SSB dans la recette, notamment en ce qui concerne le système de combat, on peut dire que le jeu se démarque au travers des règles qui régissent les joutes. Ici, il n’est pas juste question de frapper l’ennemi pour l’envoyer voir ailleurs, le jeu est plus pointilleux que ça : frapper n’est que la première condition, pour éliminer un adversaire il faut lancer une Super, une attaque dévastatrice. Pour débloquer cette attaque, il « suffit » de combattre, une jauge vous indiquant votre taux de PA. Lorsque la barre est pleine, deux choix s’offrent à vous : soit vous utilisez le Super simple, qui élimine à coup sûr les adversaires présents devant vous, soit vous attendez de débloquer les deux autres niveaux de Super. Plus le nombre de Super est élevé, plus l’attaque est difficile à contrer. Le troisième rang active d’ailleurs un véritable carnage, il est quasi-impossible de rester sur l’écran. Cette manière, propre au jeu, d’éliminer les adversaires s’avère finalement plutôt rafraîchissante aussi bien sûr le papier que dans la réalité. On émettra tout de même des réserves sur l’équilibrage des combattants : il semble évident que certains personnages vont être plus présents que d’autres en ligne.

En ce qui concerne les combats, on ne remarque rien de véritablement révolutionnaire dans le fond. Chaque héros possède une panoplie de coups et d’enchaînements qu’il doit réussir à placer entre deux esquives. Pour varier un peu l’action et déplacer le combat, des objets tombent du ciel : il est ainsi possible de tirer au bazooka ou de frapper les adversaires avec des sabres. Mieux encore, le décor en lui-même est une arme. En effet, il n’est pas rare de voir tomber des missiles du ciel ou de devoir répondre à des questions pour ne pas exploser. Les cartes, très dynamiques, ont été travaillées avec soin. Tout l’univers Playstation défile sous nos yeux, on passe ainsi de l’univers de LocoRoco à celui de Metal Gear Solid, de God of War à Pataton. Encore une fois, on tique un peu sur la cohérence de l’ensemble, mais on apprécie tout de même le geste. De plus, les transitions sont assez bien fichues.

Un contenu un peu creux

Le cœur du jeu, c’est bien évidemment le multijoueur ! Dans cette section, on ne retrouve que deux modes : match avec classement et match rapide. Il est également possible de se comparer avec les autres joueurs grâce à un classement en ligne. La plus grosse particularité de ce jeu, c’est que tout comme WipEout, il utilise un système de serveur unique. On peut jouer avec les joueurs Playstation 3 depuis la Vita et vice-versa. Sony a d’ailleurs eu la bonne idée de donner un bon pour télécharger le jeu sur sa console portable pour tout achat de la version console. Outre le jeu en ligne, le titre dispose d’une partie solo. On peut ainsi découvrir très brièvement l’histoire des personnages au travers du mode arcade, s’entrainer avec le mode épreuves (qui ressemble très fortement à une initiation poussée) et créer des matchs personnalisés contre l’I.A ou des amis. Rien de bien folichon en résumé côté solo.

Techniquement, c’est mitigé. Le jeu, en bon pot-pourri de l’univers Playstation, brase les univers de la firme avec plus ou moins de brio. Les personnages comme les décors sont bien modélisés, l’action est fluide à l’écran, on regrette finalement seulement que la monture Vita soit un cran en dessous de la version console et que l’ensemble manque de vie. Les menus sont ternes, les musiques loin d’être mémorables et les voix peu… cohérentes (les personnages parlent aussi bien français que anglais).

Conclusion : 6,5/10


Playstation All-Stars Battle Royale n’est pas un mauvais bougre. Il a pour lui un gameplay à la fois accessible et technique, une réalisation plus que passable et un mode en ligne qui permet de jouer aussi bien contre des joueurs Vita que Playstation 3. Dommage que le titre manque totalement de cohérence en ce qui concerne aussi bien le casting que les décors en passant par les doublages. Le solo n’est pas intéressant pour un sous, le système de niveau est à revoir, finalement on ne garde qu’une chose de ce jeu : son multijoueur. Ce qu’il manque clairement à ce titre, c’est un esprit, du caractère, de la bonne humeur. SuperBot Entertainement a pris son travail trop au sérieux, oubliant d’inclure ce petit quelque chose qui fait le succès de ce type de jeu : un peu de folie. Pourtant, on en retrouve bien un peu dans les décors, mais pas assez dans le gameplay en lui-même il faut croire. Playstation All-Stars Battle Royale reste malgré tout plutôt fun à plusieurs, c’est l’essentiel.

Par Pierre Larvol

Les jeux Xbox Game Pass de juillet continuent d'ar[…]

Anonnce tout belle, toute chaude : Biomutant , le[…]

The Division Resurgence - Bande-annonce Source: […]

Voici les quêtes mensuelles pour les abonn&e[…]